ANECDOTES
   

QUELQUES ANECDOTES CROUSTILLANTES (le peu dont je me souvient)

Une journée " percée du vin jaune " se doit d'être constituée d'une succession d'anecdotes pour être considérée comme réussie. Comme chaque année en arrivant on se demande bien ce qu'on fait là si matinalement (il est à peine 13H38…Un dimanche !!) puis au fil des heures (et des verres) qui passent on se sent de plus en plus à sa place.

On assiste, toujours fasciné, aux tentatives de Laurent pour boire à l'œil. Un spectacle sans cesse renouvelé : une inspiration mystique, un sens de l'improvisation incomparable, un genre d'artiste en la matière, un génie trop méconnu de la prise de teuteuh systématique.

" Faut faire attention avec l'alcool, y faut pas franchir la limite ", clamait haut et fort cette fille qui est repartie en ambulance quelques temps après.. J'aurais aimé discuter avec elle la notion de limite. Mais, portée par deux infirmiers elle n'était plus vraiment ouverte au dialogue.

" J'ai l'œil " répétait sans cesse Nabil. Il avait soi-disant consulté une voyante qui lui aurait confirmé la chose. Effectivement, c'est à lui que des inconnus donnent les tickets dont ils n'ont plus besoin, c'est à lui qu'on sert des verres au moins deux fois plus remplis que les autres, c'est à lui que l'on grave un verre gratoss, mais surtout c'est à lui qu'on confie un portable égaré. Le vin expliquerait-il cette idée saugrenue, ou cela pourrait-il conforter certains dans l'idée de l'existence d'un quelconque atavisme congénital ?

Rétro souvenirs:

2001: Les ballons Pikatchu sauvé in extremis par Mélanie pour son fils, alors unique, Lucas, bien que l'écrasante majorité imbibée du bus avait décidé sa mise à mort. Pour de bonnes raisons d'ailleurs. Malgré mes efforts pour sauver la démocratie de la pression populaire en réclamant un procès équitable, le pauvre Pikatchu semblait condamné à un lynchage en règle. Mais c'était sans compter sur le pouvoir de persuasion " psychologique " de Mélanie qui réussit à sauver les deux ballons de la vindicte générale.

2002: Stéphane réussit l'exploit de s'endormir debout, appuyé contre un mur longeant un chemin très fréquenté. Nabil flairant l'occaze de faire un coup, se plaça face à lui et fit semblant de l'envoûter en exécutant des danses plus ou moins africaines. Intriguées, de nombreuses personnes s'arrêtèrent pour observer la scène. La tête de Stéphane lorsqu'il ouvrit les yeux et vit une cinquantaine de personnes le dévisager nous mit en joie pour un bon moment.

A propos de Stéphane, un conseil à Mélanie : soit sermonner quelques personnes de confiance pour le surveiller et, le cas échéant, le retenir. Soit l'accompagner, ce qui soulagerait beaucoup de monde (tous ceux qui auront dû subir ses offensives linguistiques). Nous avons en effet constaté une conséquence tout à fait originale de l'absorption du vin blanc par Stéphane : il veut rouler une pelle,. A n'importe qui, mâle ou femelle, voire à n'importe quoi, chien ou tracto-pelle (normal…). Il faut absolument qu'il fourre sa grosse langue baveuse dans un orifice plus ou moins buccal… C'est plus fort que lui. Si Mélanie était présente, j'ose espérer que c'est sur elle qu'il jetterait son dévolu. Je voudrais la plaindre et c'est peut-être pour cela qu'elle ne vient plus, cependant, il paraît qu'elle serait atteinte de la même déviation…

Pour en finir avec Stéphane, je constate qu'une fois de plus il sait se rendre indispensable. Même quand il est absent on parle de lui. C'est trop d'honneur pour un gros lâcheur de son espèce. Je propose un boycott de Stéphane quand il n'est pas là.